La "mésologie" ou étude des milieux, n'est pas à proprement parler une discipline scientifique, mais une perspective générale, une attitude réflexive, cognitive, sensitive et critique, qui cherche à construire une alternative au durable paradigme occidental moderne classique. Ce dernier est fondé sur le dualisme, exprimé dans une série d'oppositions catégorielles tissant notre rapport au monde et à nous-même (sujet et objet, nature et culture, homme et animaux, etc.). Il s'ensuit une véritable acosmie générale détruisant les espèces, les paysages et les cultures.

En s'inspirant des sciences contemporaines, des sagesses orientales, des relations pré-modernes aux choses comme aux êtres vivants, et à l'ensemble de la Terre, la mésologie s'appuie plus particulièrement sur les apports du biologiste Jakob von Uekhüll, le philosophe Watsuji Tetsuro, prolongés par la pensée d'Augustin Berque.

Dans la perspective berquienne, le milieu est plus précisément l'Umwelt de Uexkhüll et le fûdo de Watsuji, c'est-à-dire pour l'écoumène (ou milieu humain) l'ensemble des relations éco-techn-symboliques que, trajectivement, l'humanité crée à partir d'elle-même et de la matière première qu'est l'environnement.

Le paysage est ainsi le sens que prend l'environnement en tant que milieu humain manifestant un certain monde. Il n'est pas seulement objet contemplé ni environnement brut façonné esthétiquement, mais manifestation d'un monde.

Une esquisse mésographique est proposée ici, elle demanderait une investigation plus poussée pour acquérir une valeur descriptive - si ce n'est analytique -. Ces éléments sont à la fois des données objectives de l'environnement et des traits expressifs du paysage comme ensemble de milieux prenant sens dans le regard et l'action artistique.

Paysage de la forêt et de la rivière

Roches

Flore

Faune

Traces humaines