L'organisation de la chute

Risographie sur papier, format A3

depuis 2020

À l'initiative de Léos Ator, artiste multiforme, "L'organisation de la Chute" est une revue artistique composée de productions originales et indépendantes. Centrée sur des productions graphiques, accompagnées de textes littéraires et philosophiques, elle ne propose pas une critique d'art ni une analyse de l'art mais une relation sensible au monde contemporain.

Dans un esprit critique et décalé, les thématiques sont librement interprétées par les artistes sélectionné·e·s qui produisent une oeuvre originale. Chaque numéro forme un collectif temporaire réunissant des artistes d'esthétiques et de générations différentes mais appartenant à un même territoire, celui de comités locaux.

Deux comités sont constitués à ce jour : un comité Nord (dirigé à Lille par Ludovic Duhem) et un comité Sud (dirigé à Toulon par Les Ator), affirmant ainsi l'ancrage territorial de la revue.

 

Co-produite avec la Villa Cool (Toulon), la revue est éditée à 50 exemplaires et imprimée en risographie par le Studio A2 en format A3.

Les 10 contributions graphiques originales et les deux textes inédits sont présentés dans une pochette transparente pour former une sorte d'exposition mobile d'affiches à épingler au mur ou à encadrer pour commencer une collection à prix modique.

Des événements accompagnent le lancement de chaque numéro ainsi que des expositions.

Pour suivre l'actualité de la revue : https://www.instagram.com/l_organisation_de_la_chute/

#1L'organisation de la chute
Risographie sur papier, format A3
Octobre 2020

L'organisation de la chute #1 bis
L'organisation de la chute #1 bis

press to zoom
20210407_180406
20210407_180406

press to zoom
20210407_180825
20210407_180825

press to zoom
L'organisation de la chute #1 bis
L'organisation de la chute #1 bis

press to zoom
1/17

Contributions au numéro #1 : Ludovic Duhem, Liliane Giraudon, Simon de la Porte, Léos Ator, Sarah G., Philippe Munda, Hildegarde Laszak.

#2 Les jardins du désastre
Risographie sur papier, format A3
Avril 2021

L'organisation de la chute #2 Les jardins du désastre
L'organisation de la chute #2 Les jardins du désastre

press to zoom
photos les jardins du desastre—NORD 2021
photos les jardins du desastre—NORD 2021

press to zoom
Hildegarde Laszak
Hildegarde Laszak

press to zoom
L'organisation de la chute #2 Les jardins du désastre
L'organisation de la chute #2 Les jardins du désastre

press to zoom
1/25

ÉDITO 2

«Le titre s’inspire dans le désordre de «L’Écriture du Désastre» de Maurice Blanchot, «Le Jardin des supplices» d’Octave Mirbeau, et «Bing» de Samuel Becket, mais je les cite surtout pour alimenter une tension plus qu’une intention.» Cette seconde édition se découpe en deux volets complémentaires ; la version — sud, portée par Lionel Stora et la Villa Cool,et la version — nord, portée par Ludovic Duhem. Chaque comité sollicite ses propres artistes et partage les contraintes du format et de production. Les deux revues paraissent au printemps 2021.

Dans ce numéro #2 : Jean-Jacques De Rette, Ludovic Duhem, Gabriel Folli, Hildegarde Laszak, François Lelong, Réjane Lhote, Éric Monbel, Jonathan Pêpe, Thierry Verbeke, Pascal Pesez, Fabien Zocco.

#3 Charcuterie et lutte libre
Risographie sur papier, format A3
Décembre 2021

L'organisation de la chute #3 Charcuterie et lutte libre
L'organisation de la chute #3 Charcuterie et lutte libre

press to zoom
Ludovic Duhem
Ludovic Duhem

press to zoom
Présentation numéro 3 - 2
Présentation numéro 3 - 2

press to zoom
L'organisation de la chute #3 Charcuterie et lutte libre
L'organisation de la chute #3 Charcuterie et lutte libre

press to zoom
1/13

ÉDITO 3

Charcuterie générale. Telle pourrait être l’enseigne du monde devenu une boutique panique où

toute la matière est transformée, hachée, assaisonnée, moulée, pour être consommée sans modération.

 

On pourrait se résigner et s’en payer une bonne tranche. Mais la bête gigote encore! Le désir des luttes passe quand même entre les crépines, profi tant du moindre espace pour se libérer... Ça passe aussi par le jeu, par les corps en friction, mêlés, sautant de la troisième corde du ring pour un spectacle d’arrière boutique, avec des masques saturés de couleurs, d’identités, de clichés, mais aussi tout ce qui sort de l’ordinaire par un grand rire et parfois par un bras en écharpe, un oeil en sang, une joue fendue. 

Sans oublier le carnaval des animaux qui donne à panser, fantômes de la charpie, du pâté, de la mousse, pour hanter le fond des terrines et les grilles du frigo voire tout ce qui ne veut plus être mastiqué ni domestiqué. L’art ne se contente pas de saliver ni d’emballer, il cherche à bien tomber en retournant ses boyaux : “artcuterie et chute libre”.

Dans ce numéro #3 : Adley, Mark Anstee, David Bellemare, Claude Catellain, , Sophie Coiffier, Piet Du Congo, Ludovic Duhem, Charles Gagnon, Marcelle Hanselaar, Dominique Sirois, Peggy Viallat.

#4 Habiter l'in(di)visible
Risographie sur papier, format A3
Juin 2022

L'organisation de la chute #4 Habiter l'in(di)visible
L'organisation de la chute #4 Habiter l'in(di)visible

press to zoom
Ludovic Duhem
Ludovic Duhem

press to zoom
Édito
Édito

press to zoom
L'organisation de la chute #4 Habiter l'in(di)visible
L'organisation de la chute #4 Habiter l'in(di)visible

press to zoom
1/12

ÉDITO 4

Depuis trop longtemps, on ne sait plus comment habiter, car on a trop bien intériorisé que la terre devait être divisée, délimitée, calculée, et qu'on devait rendre cela visible par des plans, des clôtures, des frontières.

Au fur et à mesure de l'appropriation intéressée, du quadrillage moderne, l'indivisible est ainsi devenu invisible au risque de disparaître non seulement des esprits, mais aussi de la terre. Car ce qu'on ne voit pas, il est (plus) difficile de le défendre. Heureusement qu'il y a cependant des fouisseurs récalcitrants qui creusent comme des taupes et ramènent à la surface ce sans quoi habiter est impossible : le sens du lieu.

 

Alors habiter l'in(di)visible peut prendre la forme d'un devenir forêt, d'un pas nomade, d'un voile gonflé, d'une levée de cabane, aussi bien que celle d'une absence de regard, d'un masque enfantin, d'une danse de poissons, d'un humble tourbillon, de quelques traits, d'une fumée qui s'échappe et enveloppe tout.

 

Certes on creuse toujours sous le ciel orange des villes et on continue à étendre l'emprise des entrepôts dans les banlieues infinies, mais contre l'aveuglement au lieu qui nous élève et à l'indifférence au sol qui nous porte, l'art insiste avec une poésie sans retenue pour que l'in(di)visible nous habite jusqu'au fond.

Dans ce numéro #3 : Ronan Bouroullec, Matali Crasset, Ludovic Duhem, Lia Giraud & Térence Meunier, Nicolas Guiet, Marielle Macé, Myriam Mechita, Alexis Nivelle, OX, Marie Van Dooren.