PASSAGE DES FLUX

morsure argentique sur papier

2013 - 2016

Aucune prise de vue. Ici ni rivière ni vent - à peine un cours, allant​

La lumière est fond, terre qui s'avance, trace

Par les sels révélés, le geste dépose sa vitesse, sa courbure, ses plis

Il se fait aussi marée, insistance qui ronge tout éclat​

Ce qui reste : une bordure qui danse​

 

Juste un temps qui circule de sillon en sillon, en toute cécité

C'est l'incertitude qui s'appose plutôt que toute identité

Répétition devance toujours origine

De la morsure acide, la lumière depuis l'ombre ravine​

Linéaments en jeu, réseaux de plis partagés

Tout s'écarte en plages fêlées