CYBORG PARADOXE

Automatisation et improvisation

Festival Les Inattendues - Tournai (Belgique)

Dimanche 30 Août 2015 - Cour de l'évêché

 

Idée originale et texte : Ludovic DUHEM, philosophe et artiste

 

Musique : Nicolas d’Alessandro, composition pour quatuor de tablettes

 

Mise en scène : Valérie CORDY

 

Désormais, nous sommes en permanence, de manière active ou passive, en relation avec des machines. Ces machines nous entourent, nous assistent, nous guérissent, nous permettent d’échanger, de rêver, de créer, mais aussi nous contrôlent, nous contraignent, nous agressent, nous blessent, nous tuent, nous conditionnent, nous rendent dépendants, dominants, destructeurs.

 

De cette omniprésence et de cette duplicité de la machine naît un malaise, celui d’un devenir cyborg de l’humanité qui consisterait dans une automatisation généralisée obérant toute possibilité d’improvisation singulière, c’est-à-dire toute capacité d’invention de soi dans la surprise de l’altérité. 

 

En improvisation avec l’altérité machinique, dans un dialogue entre philosophie et musique, la conférence/performance proposée par Ludovic Duhem tentera de questionner ce « devenir cyborg » en montrant que le malaise qu’il suscite repose sur un paradoxe irréductible à une alternative entre espérance émancipatrice (libération de l’organique et vie post-humaine) et angoisse d’aliénation (humain mutant et robot humanoïde), parce que ce paradoxe est celui qui définit la vie humaine : être à la fois organique et technique, automatique et improvisée. Comment être humain en tant que cyborg, tel sera donc l’horizon… de ce qui ne peut se prévoir.

 

Deuxième épisode d'un projet qui continue de s'ouvrir, d'autres configurations, d'autres invités, d'autres dialogues auront lieu.

 

Cyborg paradoxe - Extrait (durée 4min10).

Prise de vue : Jo De Sterck

Entretien :

"Cyborg Paradoxe. Quand la forme a autant d'importance que le sens"

Festival Les Inattendues, août 2015